Cragganmore Distiller’s Edition 1997-2010 Ruby Portwood Finish

43% alc./vol.

André 83%
La douceur du spirit de Cragganmore donne toute la place au cask finish sans perdre sa nature. Le nez est floral et fruité, bizarrement cireux et poudreux, mélange de cerises marasquin, de caramel et de lilas, raisins secs et quelques épices. Très doux en approche, fruits rouges, poires et ananas caramélisés, l’aspect est cireux presque retenu par un manteau de caramel fondu à saveur d’oranges. Dommage que la texture de bouche soit si disparate et effacée. Les saveurs sont fanées, les fruits tropicaux sont distants, le cask finish un peu poreux et diffus. La surprise viendra de la finale, épicée et poivrée s’accompagnant d’une touche de fumée lointaine sur un drap de fruits tropicaux et de fruits sauvages séchés.

Very Rare Old Suntory Expo 1975

43% alc./vol.

André 84%
Belle douceur fruitée, un mélange de marmelade de fruits, cerises et d’ananas ainsi que de miel. Le taux de sucre est super agréable et rend le whisky invitant. Au nez; purée de cerises, chocolat au lait, ananas, sucre brun, prunes, raisins secs, réglisse éventée. La première impression à la première gorgée… peut-être un peu dilué, un peu trop de grain whisky peut-être? …mais cela se corrige rapidement à la deuxième lapée. Il y a une addition de couches de fruits qui devient presque pâteux à la longue; beaucoup de cerises, raisins secs, prunes, puis oranges, ananas nappé de vanille et de miel. Glosettes (raisins trempés dans le chocolat au lait). Finale finement épicée sur un panier de fruits frais. Gros plus pour les saveurs, un bémol sur la texture en bouche et une finale où les fruits s’époumonnent un peu trop rapidement. Pas mauvais mais pas de coup de cœur aussi.

Balvenie Peated Cask Sample – 10 ans

59.5% alc./vol.

Patrick 85%
Un beau whisky frais et tourbé, mais un peu unidimensionnel. Mais bon, compte tenu qu’il s’agit d’un “cask sample” qui pourrait être marié à autre chose, c’est un “outil” que n’importe quel blender aimerait bien avoir dans son coffre à outils. Nez : Parfum de fumée de tourbe et de chêne frais. Et aussi d’agrumes et un peu de vanille. Bouche : Un beau gros mur de fumée de tourbe et un gros bloc d’épices de chêne. Le tout, enrobé d’agrumes et de vanille subtile. Finale : D’une belle longueur, épicée et légèrement fumée.

Balvenie 12 ans Refill Barrel Cask Sample

64.3% alc./vol.
Bouteille échantillon tirée directement du fût, non disponible sur le marché.

André 69%
L’embouteillage Balvenie 12 ans single cask en SAQ a été un de mes embouteilages préférés de 2018 alors lorsque l’ambassadrice Canadienne Jamie Johnson est arrivée avec cet échantillon similaire single cask, j’en ai bavé sur la table. Malheureusement, les single cask c’est un pot luck et parfois on est malchanceux comme dans le cask présent. Au nez, le whisky est frais et vanillé, j’ai l’image d’un panier de pommes vertes et de céréales séchées nappées de miel. C’est en bouche que tout se gâte. Le whisky est dominé par les notes de bois verdâtre mouillé et débalancé par de fortes épices. On a encore droit aux saveurs de pommes vertes et d’oranges. En prime, d’horribles vapeurs de chlore à piscine amplifiées par un taux d’alcool prononcé et brut, genre new make rêche herbacé. J’ai la même déception qu’avec le single cask 25 ans évalué plus tôt en 2018. La finale est une lente descente interminable d’alcool épicé. Je pourrais comparer ça à un alcool où l’on aurait laissé mariner des planchettes de bois vert. Deux choses à apprendre de cette évaluation; y’a pas un fût pareil et maudit que le master blender peut devenir un génie lorsqu’est venu le temps de créer un whisky à partir de différents fûts…

Patrick 89%
Un whisky très intense et savoureux, très “in your face”. Mais ce n’est pas pour les enfants en tout cas! J’aime, mais il faut garder en tête que c’est un whisky de dégustation, pas un whisky de tous les jours! Nez : Parfum de vanille, de bananes, de noix de coco et de biscuits au caramel. Bouche : Du beau sucre brûlant et intense, avec de superbes fruits exotiques, avec la banane en premier lieu, ainsi que de la vanille, une tonne d’épices et des biscuits au caramel. Finale : D’une belle longueur, boisée et épicée.

Connoisseurs Choice Gordon & MacPhail Allt-A-Bhainne 1991-2007

43% alc./vol.
Distilled 04/1991, Bottled 06/2007 from Refill Bourbon Barrels.

André 84%
Pommes vertes, ananas et vanille, sensation bizarrement poudreuse au nez. Je dois avouer que le nez est pas mal fermé et n’offre peu d’alternative mis à part d’en prendre une gorgée afin de tenter de découvrir des arômes et saveurs. Texture diluée en bouche, les poires et l’ananas sont rapidement en tête, notes de caramel et de miel, tarte au citron, bananes et pommes vertes, oranges, abricots, wine gums, coconut. Pour le taux d’alcool relativement bas, la finale est longue, très poivrée et épicée livrant aussi de belles notes de céréales séchées. A good day starter whisky!

Bearface 7 ans Triple Oak Canadian Whisky

42.5% alc./vol.
Single grain whisky, vieilli en 3 types de fûts: Ex-Bourbon, French Red Wine Cask (de la Mission Hill Family Estate & winery) & Virgin Hungarian Oak casks, distillé à Canadian Mist situé à Collingwood Ontario.

André 83.5%
Quand tu ne t’attends absolument rien d’un whisky, les chances d’avoir une bonne surprise est grande. C’est le cas ici. Le nez est savoureux, très doux; cassonnade, cannelle, vin rouge, petits fruits sauvages séchés, cèdre, cerises, pelure de pomme rouge. Le moelleux des cérales de maïs avec une accent poivré et épicé. La bouche confirme le tout, l’effet du wine cask est bien ressenti au travers une texture soyeuse agréable et une envolée de fruits rouges, accents de réglisse rouge et une touche de bois de chêne brûlé. La finale de bouche est vraiment sur les notes tanniques du fût de vin rouge et sur le bois de chêne brûlé. Un bon whisky de semaine.

Pittyvaich 25yo 1989 Special Release 2015

49.9% alc./vol.
Bottle #5319 of 5922. Un rare embouteillage de cette distillerie qui ne fût ouverte que de 1974 à 1993. Maturation en Refill American Oak Casks & Ex-Bourbon Barrels.

André 86%
Sirop de salade de fruits, une touche florale et herbacée aussi, belles notes tirées du bourbon cask; ananas, poires, vin de dessert, fruits tropicaux, bananes, amandes, un brin citronné aussi. Pulpeux en bouche, rond et invitant, belle vanille ronde, ananas, poires, céréales au miel, une touche de caramel aussi, amandes broyées, melon au miel, puis jus de citron et une touche d’herbe verte mouillée. La texture est superbe et supporte bien l’alcool bien caché sous son manteau fruité rafraichissant. Finale finement épicée et poivrée, moyennement longue mais avec des saveurs discrètes et feutrées. Je ne suis pas fan de cette distillerie mais je dois avouer que la présentation de cette dition vaut le détour, si vous avez le portefeuille pour en faire l’achat.

Glenglassaugh 12 ans (embouteillages des années 90)

43% alc./vol.

André 87%
Une belle expression sans prétention, offrant un bel éventail de saveurs sans trop de complexité. Nez; petits fruits sauvages, xérès un peu jeune, chocolat au lait, raisins secs, fruits tropicaux, une touche d’épices. La bouche est un peu diluée au niveau texture, mais les saveurs sont bien campées; fruits secs et fruits tropicaux, raisins mauves, sherry old style, chocolat au lait et feuilles de tabac séchées, caramel. Avec le temps, notes d’oranges et de nectarines, avec une touche de chocolat fumé et de poivre. La finale est un peu courte, mais généreusement fruitée avec une touche de chocolat et de fumée discrète.

Ladyburn Vintage Single Cask 1973

50.4% alc./vol.
Cask #3223, Bottle #55. La distillerie Ladyburn fut érigée en 1966 par William Grant & Sons (Glenfiddich & Balvenie), destinée à la production de whisky de malt sur le terrain de la distillerie Girvan. Il s’agissait d’une distillerie expérimentale qui devait produire du malt destiné à servir de composant à des blends. Mais la production fut stoppée dès 1975 afin de permettre l’agrandissement de la distillerie Girvan. Les bâtiments ont été démolis en 1976. Les embouteillages de cette distillerie sont dans les plus rares et difficiles à dénicher.

André 86.5%
Verdâtre, c’est la première impression. Herbe mouillée, vanille et miel, céréales Honey Comb, citronné, fruits tropicaux. Pas de doute, on est dans le bourbon cask. La bouche est unique, vraiment, mais pas nécessairement dans le bon sesns du terme… La première gorgée laisse dubitatif, la seconde confirme certaines saveurs que l’on avait pu trouver à la première; sirop d’érable, sirop de fruits, poires, miel, ananas, vanille, agrumes, herbe séchée et céréales, poivre. Ça manque de punch et d’harmonie générale, pas que c’est mauvais, mais juste ok. Après un bon dix minutes à l’aération, savoureuses notes de chocolat au lait, noix de coco séché et de rhum, notes de bois finement tanniques et montée en cresendo de poivre broyé. Étonnamment, je trouve quelques simulitudes avec les vieux embouteillages Glendiddich single cask que j’ai évalué dernièrement.

Nikka Yochi Single Malt NAS

43% alc./vol.

André 84%
Rapidement, les fruits tropicaux; oranges, citron, poires, melon au miel, puis accents de fumée de tourbe présentes sans être envahissantes. Deuxième sniff… Ananas, bananes, vanille, miel, pommes vertes. Bouche; notes de bois de chêne, passablement d’épices aussi, sur certaines saveurs, ça ressemble presque à un grain whisky avec l’apport soutenu de céréales, fruits tropicaux livrés en bouche. Belle texture mielleuse un peu collante. Finale, épicée et fumée, quoiqu’un peu courte.

English EN Français FR