Glenmorangie « A Midwinter Night’s Dram »

43% alc./vol.

André 87%
Nez à la texture veloutée mais très épicé. Gâteau aux fruits et oranges, raisins séchés, les pommes. Généreusement sucrée, la bouche est texturée et rappelle presque certains vins liquoreux, puis ça goûte réellement le chocolat en forme d’œuf fourré aux oranges (dont je ne me rappelle plus le nom), une touche de fruits secs et de sherry, cannelle, gingembre, auxquelles s’ajouteront progressivement les saveurs de pommes et de poires. Saveurs appétissantes, texture goulue et ronde parsemée d’étincelles d’épices. La finale est épicée, la longueur en bouche étonne, la texture est définitivement un des points forts de ce whisky. Malheureusement, l’éventail de saveurs ne surprendra pas le dégustateur car à partir du nez, la majorité des saveurs s’étirent simplement jusqu’en finale. Un excellent dram, festif et goulu qui en plus ne videra pas votre portefeuille en passant à la caisse (70$), ce qui vous laissera plus de sous pour acheter vos cadeaux de Noël!

Patrick 90%
Même s’il est recommandé de boire ce scotch l’hiver, je crois qu’il peut être excellent en toutes saisons ! Peut être est-ce parce que les plus froids hivers écossais ressemblent à nos printemps ? Nez : Oranges sucrées, caramel, noix, quelques notes vineuses. Alléchant ! Bouche : Miam miam ! Fruits, chocolat, épices, noix, bonbons au beurre et une touche subtile d’orange. Finale : Longue et savoureuse, marquée par l’orange, les épices du bois et une touche chocolatée des plus subtile.

Glenmorangie 10 ans

40% alc./vol.
La production principale est la gamme de whiskies single malt Glenmorangie, qui est également utilisée dans deux de ses autres produits, Bailie Nicol Jarvie et Highland Queen, marques de blended whisky écossais.

André 86%
Désarmant de simplicité et de finesse, ce single malt fruité et malté nous transportes d’arômes en arômes… avec un peu d’eau, l’odeur de banane est renversante.

Patrick 86%
Nez épicé et riche… Intéressant… Donne vraiment le goût d’y goûter! Au goût, les épices, puis le malt assez doux, ce qui offre un contraste intéressant. Un bon scotch, un excellent rapport qualité/prix.

Glenmorangie 10 ans Cellar 13

43% alc./vol.
La différence entre le Cellar 13 et le Glenmorangie 10 ans réside dans les chais où il a été porté à maturité. Le chai numéro 13 est celui situé au bord de la mer. Il est légèrement plus salé, plus iodé, que le traditionnel 10 ans.

André 87%
Essence de vanille et pâte d’amande. Arrivée liquide sur des notes de toffee, de miel et de vanille suivie rapidement par les fruits (pêche et melon au miel). La finale est plus sèche mais tout de même soutenue par les effluves vanillées et sucrée de type bourbon. Superbement bien balancé, mis à part son arrivée un peu claire et sa finale quelque peu sèche mais brillant de par sa différence des autres expressions de la gamme de Glenmorangie. J’adore !

RV 83%
En bref. Grain légèrement sucré et brûlé. En bouche, développement similaire à l’odorat, et même s’il prend de la place, on dirait aussi qu’il est vide. Le genre de whisky correct mais pour lequel il y a peu à écrire ou décrire.

Patrick 86%
Chêne séché et touche de bourbon. Au goût, le bourbon semble plus présent et le chêne passe de séché à légèrement brûlé. En finale, les épices du bourbon évoluent vers un côté sucré, voir fruité. Définitivement intéressant pour les amateurs de chêne dans leur whisky! L’ensemble est bien balancé, et offre une belle évolution de saveurs en bouche.

Glenmorangie 10 ans Original

40% alc./vol.
Glenmorangie utilise différents types de tonneaux, mais toute la production est vieillie dans des futs en chêne blanc d’Amérique fabriqués à partir des arbres poussant dans la propre forêt de Glenmorangie dans les Monts Ozark au Missouri, aux États-Unis. Les tonneaux neufs sont laissés à l’air libre pendant deux ans avant d’être loués aux distillateurs Jack Daniel’s et Heaven Hills pour la maturation de leur bourbon, qui dure quatre années. Ces tonneaux sont ensuite utilisés avec les alcools de la distillerie Glenmorangie.

André 86%
Un surprise sur toute la ligne pour cette version d’entrée de ligne de la distillerie, d’une souplesse et d’une grande générosité. Les poires, pêches et les fruits frais s’offrent au nez comme les étals regorgeant de fruits frais au marché du Vieux Port par une chaude journée d’été. En finale, nectarines et bananes mais une finale légèrement abrupte. Une valeur sûre pour le prix, un single malt très agréable.

RV 84%
PVC au jus de raisins congelé Welch. Le fruit a de la difficulté a se dégager en bouche, se cache en début de finale mais regagne graduellement une place primordiale en aftertaste, secondé par l’orge qui fait figure de sidekick aux antipodes. Bien conçue, une base plus qu’adéquate pour la finition, mais j’aurais quand même aimé qu’elle s’exprime plus par elle-même.

Patrick 86%
Au nez, mandarines, citron, pommes, poires, et pêches. Crème glacée à la vanille. Fleurs et menthe. Au goût, vanille crémeuse, pèches, mandarines, citron. Noix, épices, un peu de miel. En finale, le sucre d’un jus de fruit. Délicieux, une valeur sure. Se marie admirablement bien avec un fromage français « Château de Bourgogne », qui est un triple crème (un genre de brie intense).

Martin 88%
Très doré, je dirais même couleur rayon de miel pâle. Nez: Miel, épices, caramel, vanille, fruits secs, nectarine, fleurs et traces de fumée. S’annonce crémeux. Bouche: Encore épices, caramel, miel et vanille. Notes de parfum, de fleurs, d’agrumes et de fumée. Touche de tiramisu. Très proche du nez. Finale: Boisée et douce, très courte, sèche et propre. Franche même. Équilibre: Valeur sûre. Excellent pour l’initiation aux Highlands. Expression d’entrée de gamme sur laquelle on peut compter. Plus raffiné que le Glenfiddich 12 et plus goûteux que le Glenlivet 12.

Glenmorangie 15 ans

43% alc./vol.

André 91%
Le nez est généreusement fruité mais c’est en bouche qu’il nous livre ce qu’il a de mieux. L’arrivée est fruité également avec des relents de bananes (typique de Glenmorangie encore une fois), d’amandes non-salées et de chêne blanc humide. Le plus surprenant est la rétro-olfaction qui est à saveur de bourbon très prononcé, sucré , mais aussi à la fois puissant en bouche. Vaut amplement des 120$ demandés et ce même pour un single malt de 15 ans.

Patrick 84%
Une légère arôme d’orge s’échappe du verre avec un léger fruité. Ai-je dit léger? Je devrait plutôt dire évanescent ou fantomatique. Le goût délicat et fruité, démontre une sensibilité plutôt féminine. Le genre de féminité qui chante dans la chorale de l’église paroissiale. La finale marquée par les petits fruits rouges juteux est assez longue, telle la note finale d’un Ave Maria qui réussi à nous réveiller à temps pour le sermon du curé!

RV 83%
Vanille très fraîche, orge et agave doux et chaud. En bouche elle est très verte, mais bleuit vers l’agave pour mourir tranquillement, avec une courbe décroissante un peu trop abrupte. Intrigante mais manque un peu de pep, comme si elle semblait retenir ses cris. À plus de 100$, loin de valoir la peine pour une bouteille d’à peine 15 ans sans personnalité marquante.

Glenmorangie 15 ans Sauternes Wood Finish

46% alc./vol.
Ancienne édition. 12 ans en fûts de bourbon, puis 2 ans en fûts de sauternes.

Patrick & Pierre-Luc 89%
Au nez, sent le sucre qui a chauffé dans une casserole et le cantaloup. En bouche, un sucre doux et chaleureux avec une petite pointe de raisins blancs et de miel de pomme. En finale, la chaleur du sucre s’étire longuement. Moins doux que le 12 ans que nous connaissons aujourd’hui… Ou du moins, plus intense.

English EN Français FR