Glenfiddich 12 ans

40% alc./vol.
Glenfiddich fut construite en 1886 par William Grant qui décida de voler de ses propres ailes après avoir travaillé et appris à Mortlach. Ayant racheté du matériel d’occasion, à Cardhu notamment, il réussit à faire couler son premier new spirit dès Noël 1887.La distillerie qui puise l’eau du Robbie Dubh à la fois pour la fabrication et la réduction de l’alcool, a su conserver malgré sa taille quelques techniques anciennes de fabrication : elle possède ses propres aires de maltage, cultive son orge (enfin une partie seulement !), utilise des washbacks traditionnels en douglas, chauffe ses alambics directement au charbon et surtout possède sa propre chaîne d’embouteillage (caractéristique qu’elle partage uniquement avec Springbank). Glenfiddich est maintenant le single malt le plus vendu au monde. Il est vendu dans plus de 180 pays, et représente environ 20% des ventes de single malt.

André 79%
Faut bien en être à sa 1316e évaluation pour se rendre compte que je n’avais pas encore évalué ce produit… Je dois avouer que j’adore le nez, la délicatesse des éléments, la petite touche florale, le mélange de salade de fruits et de miel. Ça en fait définitivement un whisky des plus approchables pour n’importe lequel des amateurs. Après un bon 30 minutes, un fin brûlé émerge au travers la salade de fruits, beaucoup de poires, de cantaloup, pomme verte, la vanille et le miel. La texture est agréable mais sans punch, un peu huileuse et très fluide. Finale moyennement longue, un brin fumée et très fruitée.

Patrick 83%
Nez : Frais, sucré, marqué par les agrumes et un peu de chêne. Bouche : Tellement frais! Sucre, poires et agrumes, le tout enrobé par une note de planche de chêne. Finale : Courte et fraiche. Balance : Un grand classique, facile à boire, sans faute, qu’on imagine aisément déguster une journée chaude d’été sur le patio, avec une glace dans son verre. Et pourquoi pas?

Martin 81%
J’hésite entre l’ambre et l’or profond au moment de décrire sa couleur. Nez: Chêne marqué avant même d’approcher le nez du verre. Poires et pommes. On sent plus le fût de sherry que celui de bourbon. Touche de noix mélangés. Bouche: Texture voilée et huileuse. Miel, jus de pomme, jus de poire, épices et fleurs. Finale: Chaude et sèche. Vanille, épices et caramel. Doux et dangereusement facile à boire. Un scotch de choix pour débuter une exploration de l’univers du whisky. Équilibre: Excellent passe-partout. Pour les expressions d’entrée de gamme, un vaillant représentant de la région du Speyside. Une coche au-dessus du Glenlivet 12.

Glenfiddich 125th Anniversary Edition

43% alc./vol.

André 90%
Voici un Glenfiddich qui se vautre de ses atours tourbés rarement vus. Le nez présente des arômes de fruits secs, de poires et d’agrumes relevés d’une bonne pelletée de tourbe et de fumée. Marmelade d’orange, caramel et miel, vanille crémeuse. En bouche, chocolat au lait, abricots, marmelade d’orange, poires nappées de vanille, présentés sur une texture fluide, liquide, douce et huileuse. Finale fruitée, les éléments du nez et de la bouche s’éternisent, la fumée est plus diffuse mais sans ambiguïté, notes de chocolat noir, les grains de café moulus, la poire, le caramel, le miel et la vanille. Un Glenfiddich différent, comme on aime être surpris de distilleries que l’on connait bien.

Patrick 90%
La balance entre la fumée et les épices a rarement été aussi bien atteinte. L’ensemble est tellement complexe, tellement riche, tellement impressionnant. Pour son anniversaire, Glenfiddich nous a offert un très beau cadeau! Nez: Surprenante fumée pour un Glenfiddich. Le tout présente aussi des pointes épicées et de notes de fruits frais. Bouche : Belle texture huilée, présentant des fruits enrobés de fumée de tourbe, de chêne brûlé et de puissantes épices. Finale : Longue, fumée et épicée.

Martin 90.5%
Ambre bien riche et alléchant. Nez: Une superbement subtile fumée sous-jacente enrobe chaleureusement des notes de fruits, de miel, d’orange et de poivre. Bouche: Vanille, pommes et cacao. Petits fruits secs, chêne et retour de la vanille. le tout enveloppé d’une chaude tourbe étrangère. Finale: Longue et subtile. S’étire sur des pointes de poivre, de fruits et de chêne. De nouveau, on est ensorcelés par cette tourbe diffuse et réfractaire. Équilibre: C’est plus que rafraîchissant de voir Glenfiddich sortir de sa zone de confort et jouer si magistralement avec cette tourbe allochtone.

Glenfiddich 14 ans Bourbon Barrel Reserve

43% alc./vol.
Exclusivité US

André 80%
Agréable comme nez mais relativement simple; ananas, vanille, toffee, céréales bien présentes et des notes de bois de chêne légèrement épicées. L’arrivée en bouche est soyeuse et vraiment bien, le whisky est presque huileux et coule en bouche en vagues lascives et voluptueuses. Malheureusement, la famine des arômes ravage la bouche de façon abruptes alors que les saveurs du nez ne font que se confirmer et que la texture devient rapidement liquide et diluée. Quelques traces d’oranges et de miel, soupirs de compote de fruits très timide et un peu d’épices tirées du bois avec une sensation d’arrière-bouche un peu poudreuse et sucrée aussi. Finale plus soutenue, poivre noir et cannelle, quelques fruits et une poignée d’épices. Impossible de ne pas le comparer avec le 14 ans Rich Oak. Ce whisky n’a pas le panache de son congénère pour environ le même prix. Gros point positif; la texture en arrivée de bouche qui est vraiment superbe. Points en moins; variété de saveurs discutable, texture et ensemble qui s’effrite rapidement en bouche, pérennité des saveurs. Un bon dram de semaine mais sans plus.

Patrick 80%
Un whisky qui serait peut être intéressant s’il était moins dilué. Yep, un autre scotch prometteur ruiné par une trop grande dilution. Nez : Caramel, vanille, céréales sucrées et chêne subtilement épicé. Bouche : Chêne épicé plutôt léger, agrumes, oranges, miel et encore du bois. L’ensemble manque toutefois de corps à cause d’une trop grande dilution. Finale : S’étire sur des notes boisées.

Glenfiddich 14 ans Rich Oak

40% alc./vol.
Neuf années d’un apprentissage exigeant auprès de David Stewart, son prédécesseur, auront permis à Brian Kinsman de devenir le 6ème maître de chais Glenfiddich. Et pour sa première création, il ose bouleverser le petit monde du whisky, en proposant un Single Malt fini en fûts de chêne neufs. Cette finition délicate en fûts de chêne neufs, américains et espagnols, est une première. Pourtant, Brian Kinsman a su préserver la légèreté et la richesse de nuances caractéristiques des Single Malts Glenfiddich.

André 91%
Wood finish au visuel et à l’olfactif…et en bouche. Fumée sucrée, raisins blancs, sucre de bois. En bouche, ce sont plus les zeste d’oranges et les fruits confits qui apparaissent avec ferveur. L’alcool est plus relevé en bouche, et on ne devinerait jamais qu’il est seulement embouteillé à 40% d’alcool, l’effet en bouche est plus soutenu qu’un single malt habituellement embouteillé à ce degré d’alcool. La finale est clean, sur des notes de sucre en cube et de bois. Ça sent la naïveté du whisky livré « tel quel », parce que le résultat donné après la maturation était plus qu’à la hauteur. À la différence des derniers embouteillages de Glenmorangie, où même si les notes présentées ici sont du même acabit et le résultat en bouche du même genre, celui-ci ne sent pas « l’arrangé » et le défini mais plus la naïveté du résultat inattendu tout en étant superbe.

Patrick 90%
Chêne et épices au nez. Définitivement boisé, il semble très bien porter son nom. En bouche, la texture est riche et huileuse, et le goût offre un agréable mélange d’épices, de cannelle et de cassonade, le tout marié par un chêne puissant et une touche de vanille. La finale s’étire agréablement longtemps, ce qui est une belle surprise. Le mélange est parfait, l’équilibre atteint, et il est idéal autant en mode « dégustation » qu’en mode « j’ai soif! », le tout pour un rapport qualité/prix qui devient de plus en plus rare! Me rappelle le whisky bu directement au fût, ce qui est plutôt rare, encore plus compte tenu de son taux d’alcool.

Martin 89.5%
Ambre riche et précieux comme un rayon de miel doré. Nez: Le fût de chêne saute au nez, suivi de malt grillé, de beurre fondu et de caramel. Légères épices, avec fruits et fumée de bois. Bouche: Texture assez riche et empreinte de chêne grillé. Douces épices, muscade, cannelle et poivre blanc, qui fondent en bouche comme du beurre. Caramel salé. Finale: Moyennement longue sur vanille, épices et miel. Équilibre: Une incroyable marche de plus sur le Glenfidich 12 ans, en plus à un prix qui ne ruinera pas beaucoup de gens. Un petit 3% d’alcool de plus les mecs?

RV 86%
Glenmorangie, n’est-ce pas? Au nez, c’est le bois et le miel, un peu vert dans les deux cas. L’arrivée se poursuit dans la même mode, alors que les deux opposants s’offrent des volées franches et sucrées. En finale, le bois remporte le point avec un goût de beam de pin fraîchement coupée. À la manière du regretté Artisan Cask mais en moins élégant, s’il avait été Glenmorangie il aurait probablement perdu quelque points au niveau de l’originalité, mais venant de Glenfiddich et à un prix comparable à l’infecte Special Reserve, il s’agit d’un choix beaucoup plus judicieux.

Glenfiddich 15 ans 102 Proof

51% alc./vol.

André 85%
Étonnamment plus arrondi que l’édition régulière. L’effet du boisé est très présente, le fruité d’une belle générosité. Le nez est plus agressif et soutenu. Sherry et boisé, chocolat noir, les dattes et la vanille, la bouche très agréable, une belle mixture bien balancée soutenue par la vague d’alcool qui fait exploser le tout en bouche. Cette même vague est rapidement calmée en finale par le sherry, le chocolat et les essences de vanille. Une belle découverte que l’on aimerait voir disponible au Québec.

RV 86.5%
Les pommes de cire, le whack-a-mole, les manèges pas tout à fait réglo; bizarre mais invitant (sauf la femme à barbe). Le Glenfiddich affublé d’une tenue de sucre et de miel de trèfle, over the hills and far away. En bouche, le toffee domine de concert avec le caramel brûlé, avant que la fleur alcoolisée ne s’empare du trône. La finale reste elle aussi atypique en conservant un sucre bien dosée et un souvenir de toile de vinyle de cirque. Aller savoir… mais quand c’est bon…

Patrick 90%
Parfum de malt et fruits mûrs. En bouche, un côté épicé est marié avec un côté raisin par un sucre très agréable et un soupçon de fleurs. La finale est sucrée et intense. Très bien équilibré, à un taux d’alcool idéal, le Glenfiddich que j’attendais depuis longtemps.

Glenfiddich 15 ans Distillery Edition

51% alc./vol.

André 91%
Les amandes grillées, les céréales maltées, les poires, la pomme verte, le miel mélangé de zeste d’orange, les fruits séchés en arrière-plan. Merveilleuse texture en bouche, soyeux et doux et ponctué de salves épicées et poivrées mais livrant tout de même les saveurs du perçues au nez. Finale sèche et épicée, le poivre gagne en force et quelques notes de copeaux de bois soulignent la lente descente alcoolisée. Il fait plaisir de découvrir cette variante de cette distillerie très connue. La preuve que les haut taux d’alcool peuvent bien se jumeler avec les douces saveurs.

Martin 91.5%
Couleur roux cuivré et profond comme un bon brandy italien. Nez: Malt grillé, mûres, chêne et vanille sautent au nez suivis de la plus infime des touches de cuir. Un peu de foin sort au second nez. S’annonce grandiose. Bouche: Très doux, avec encore des accents de mûre et de vanille. Le malt évolue tout doucement en caramel alors que le taux d’alcool crée une épice qui prend tranquillement sa place. Finale: Longue et fortement maltée. On reste sur le cuir avec comme une légère infusion de clou de girofle et de mûre. Équilibre: Un splendide Glenfiddich avec une belle progression régulière. Encore une expression qu’il est dommage de ne pas retrouver au Québec.

English EN Français FR