Glenfarclas £511.19S.0d Family Reserve

43% alc./vol.
a famille Grant, propriétaire de la distillerie Glenfarclas, embouteillent une nouvelle cuvée ayant une signification toute particulière… Le Family Reserve 511.19 célèbre le 150e anniversaire de l’acquisition de la distillerie Glenfarclas par la famille Grant. Le 8 Juin 1865, John Grant avait acheté la distillerie pour seulement £511 et 19 shillings. Une copie de l’acte de vente original est d’ailleurs inclue avec chaque bouteille, ainsi qu’une note de George Grant qui explique l’importance de cette cuvée pour la famille Grant. Cette cuvée est issue d’un assemblage de 3 fûts entre 1970 et 2000 avec une prédominance de First fill Sherry butts, 2 Sherry butts et 1 Hogshead, afin d’incarner fièrement le profil des whiskies de la distillerie.

André 89%
Wow, quel nez. Fruits abondants, miel et toffee, une onctuosité presque maternelle, des saveurs définies, un sherry festif et approchable mais comportant aussi une complexité insoupçonnée et des d’adorables notes de chocolat. J’adore ce whisky, sa simplicité et la justesse de ses arômes et de son équilibre. La bouche est franche de par ses accents épicés qui sont en opposition avec la douceur cajoleuse du sherry et des amoureuses notes de miel chaud, de toffee et de chocolat au lait fondu. Émergent ensuite de cette couverture hétéroclite, de belles notes de raisins secs, d’orange et de cannelle. La texture est épurée et liquide mais les saveurs sont intenses et définies. La finale est sèche et fruitée, le sherry est en avant-plan, la rétro-olfaction épicée, gâteau aux fruits nappé de chocolat avec quelques nuances de miel. Sans être le whisky le plus singulier, ce Glenfarclas représente à la fois l’épine dorsale qui définissent la distillerie avec une touche de singularité. Belle présentation, juste et efficace.

Patrick 88%
Un superbe whisky pour célébrer l’anniversaire d’une distillerie pour laquelle j’ai le plus grand respect. Riche et savoureux, comme j’aime mes whiskys. Nez : Caramel fruité, sucré et riche. Le tout complété par du miel et de la vanille. Appétissant. Bouche : Sec et sucré, avec des épices délicates. Le tout avec des fruits, des noix et du chocolat au lait. Wow, j’aime. Finale : D’une surprenante longueur pour un whisky embouteillé à 43% et savoureuse.

Glenfarclas 10 ans

40% alc./vol.

André 80%
Fraises déshydratées, glaze sur tarte aux fruits. En bouche savates rouges s’étirant sur une finale de canne à sucre brûlée et de chêne blanc sec.

Patrick 81%
Au nez, caramel et malt. Au goût, caramel très doux et intense, vanille et très légère épice brûlée. Finale très courte, mielleuse et un peu désagréable. Un whisky très doux, sucré, sans punch, facile à boire. Me rappelle lorsque j’étais jeune et que je prenais des cuillerées de caramel en cachette de ma mère. De bons souvenirs, mais pas quelque chose que j’ai nécessairement envie de renouveler.

Martin 83%
Ambré et cuivré tirant sur l’orangé dilué. Une expression d’entrée de gamme, mais également un sherry cask alléchant. Nez: L’alcool se tasse, une céréale sûrie apparaît. Cerise et fraises à la crème avec une sorte de miel parfumé aux fleurs. Un orge de qualité revient au second nez. Pas du tout désagréable compte tenu de ce que c’est. Bouche: Texture assez aqueuse quoiqu’agréable. Encore les fraises à la crème. Orge, shortcake, épices et miel. Fortement sucré, mais pour l’entrée de gamme, on peut difficilement chialer. Finale: Assez courte sur des notes de chêne, de céréales et de fruits. Étonnamment sèche. Équilibre: Un prix relativement honnête pour un single malt de cet âge. Se boit très facilement, mais sa finale over-sèche pour son caractère fruité extrême passe moins bien. Achetez-en une bouteille en SAQ Dépôt, mais pas une 2e.

RV 82%
Quelque chose qui goûte vraiment l’entrée de gamme. Cerise et quelque chose qui provient d’un cask, entre le sherry et le porto, mais aussi très fruité. L’arrivée sur la langue est encore plus sucrée en fraise et mascarpone mais aussi un peu piquante, suivie d’un petit sursaut d’essence de vanille. L’aftertaste de feuille de rhubarbe (qui sort assez longtemps après) n’est pas la meilleure sensation de finition.

Glenfarclas 10 ans – The Lorne Scots

40% alc./vol.
Pour souligner le 150ème anniversaire du Régiment canadien des Lorne Scots, Glenfarclas a créé trois scotchs de 8, 10 et 12 ans, représentants les 3 compagnies du Régiment (Peel, Dufferin et Halton). Ces scotchs étaient disponibles exclusivement à la LCBO.

André 84%
Les oranges et les fruits rouges, les pommes dans la tire qu’on nous servait à Beauce Carnaval, raisins secs. Le nez surprend de par le corps développé par les arômes malgré le vieillissement un peu trop écourté. En bouche, les saveurs habituelles livrées par la distillerie; raisins secs, oranges, prunes, le sherry, mais une texture diluée et un peu anonyme. Le nez était définitivement plus goulu que la bouche. Encore cette sensation de légère fumée en fond de bouche. La finale quant à elle est propulsée par les épices, le sherry est rond et féminin, n’offre malheureusement que les mêmes saveurs de la bouche. Légère sensation de jeune whisky aussi, un peu fringant et expérience prévisible. Point faible; la texture un peu trop diluée et liquide. Points forts; le prix, la bordée d’épices et l’ensemble de saveurs agréables.

Patrick 82%
Un bon whisky qui ne déplace pas les montagnes. Mais tout de même bon et plaisant à boire. Nez : Léger xérès, cassonade, vanille et agrumes subtils. Bouche : Bois frais, un peu de fruits et d’agrumes. Un peu trop dilué. Finale : Courte et sucrée.

Glenfarclas 105 NAS

60% alc./vol.
Fondée en 1836 par un fermier, Robert Hay, la distillerie entra en 1865 dans le giron de la famille Grants…pour ne plus jamais en sortir ! John Grants, un riche éleveur de bétail, possédait déjà plusieurs fermes dans la région ; il acheta la ferme ainsi que la distillerie qui s’y trouvait afin de créer une sorte de lieu de repos pour les troupeaux et les gardiens qui les convoyaient des nombreuses fermes du Glenlivet jusqu’au marché d’Elgin ; les bêtes trouvaient là l’eau et le fourrage qui leur étaient nécessaires pendant que les hommes pouvaient reposer leurs jambes fatiguées du voyage et se requinquer à grands coups de dram !

André 88%
Forte attaque amadouée préalablement au nez par le sherry et le sucre. Présente par la suite un beau mélange de fruits secs (grandement influencé par les raisins secs) et de chocolat. La surprise est totale car l’alcool est très douce au nez mais explose en bouche. Finale interminable présentant une belle dualité entre la douceur du sucre allié de la générosité du sherry et le haut taux asséchant du 60% d’alcool. À ne surtout pas faire : y ajouter de l’eau, laissez le plutôt respirer plus longtemps afin d’en éveiller le bouquet.

Patrick 92%
Après avoir comparé, sent définitivement les Glosettes aux raisins ! Bref, nez chaleureux de raisins et chocolats, avec une touche d’amandes… En bouche, ce whisky est extrêmement chaleureux et pas uniquement à cause du taux d’alcool : raisins, épices, chocolat et caramel, chêne brûlé… La finale, persistante à souhait, nous laisse dans un état contemplatif, baigné par les effluves susmentionnées. Idéal pour l’automne, en particulier le soir, à l’extérieur, près du feu. Tout simplement excellent, j’espère que ce grand classique sera un jour disponible à la SAQ. Cette bouteille symbolise d’ailleurs mon évolution personnelle en termes d’appréciation des whiskys « cask strenght » : il y a 5 ans, je m’étais débarrassé de ma bouteille de 105 en la donnant à un ami. A l’époque, je trouvais le taux d’alcool trop fort pour y apprécier quoique ce soit. Toutefois, j’en ai racheté une bouteille l’an dernier que j’ai vidée plutôt rapidement tellement je l’aimais ! Définitivement mon Glenfarclas favori, un exemple à suivre pour toutes les distilleries !

Martin 91%
Témoignage roux et profond du sherry. Nez: Sous une couche de foin poussiéreux, on retrouve un univers de fruits rouges, de malt grillé, de vanille orangée et de chêne. Bouche: Franc et affirmé, ici on ne fait pas dans la dentelle. Fruits des champs, tarte à la crème, muscade, cannelle et gâteau au fromage. Épique. Finale: Dune bonne durée, elle nous emporte avec une belle chaleur épicée. Équilibre: Bien que la plupart des cask strength en valent la peine, celui-ci pousse le bouchon un peu plus loin, au grand plaisir de tous.

RV 88%
Une classe qui semble naturelle, contrairement à d’autres Speyside qui paraissent davantage parvenus. Raisin secs, et après avoir respiré, Glosette aux raisins avec un peu de crasse de dattes. Sans surprise, l’alcool est très fort en entrée mais la manière dont le raisin sec revient prendre sa place est tout un accomplissement. Et une fois l’alcool dissipé et la langue remise de son choc, on retrouve une pointe du chocolat qui recouvraient les Glosette.

Glenfarclas 105, 20 ans

60% alc./vol.

André 88.5%
Deux pelletées de raisins secs… et encore plus… Raisins secs, gâteau aux fruits dans son jus. Le sherry est concentré et sans aucune ambigüité, c’est bold and thick, massif. Figues, pâte de fruits. En fait, le sherry est si puissant qu’il relègue bien des subtilités à l’arrière-plan. La bouche étonne tout de même de par sa douceur malgré son 60% d’alcool. Les mêmes saveurs du nez se retrouveront en bouche mais s’additionnent de chocolat noir un peu épicé. La texture est sirupeuse et goulue, très enrobant et longue en bouche. Il y a aussi une léger feeling poussiéreux en fond de bouche qui rappelle l’âge du whisky. Si tu n’aime pas le sherry, tu est définitivement cuit… Finale; Soutenue et fruitée, directe et franche. Ma Glenfarclas adorée, ma sherry butt, tu m’as servi toute qu’une volée alcoolisée.

Patrick 84%
Parfum de caramel fruité avec… Heu, une fausse note que je n’arrive pas à identifier. En bouche toutefois, aucune fausse note! Très chaleureux caramel épicé et fruité. La finale est moyennement longue et s’étire sur les épices. Un bon whisky, sans plus. Toujours est-il qu’il est très intense, mais qu’on sent très peu la force de l’alcool.

Glenfarclas 12 ans

40% alc./vol.

André 88.5%
Superbes notes de sherry et d’épices. L’arrivée est à la fois vive mais aussi très ample (fruits confits, gâteau aux fruits) et généreux. La finale est d’une belle persistance et les épices s’accrochent interminablement en bouche et se jumèlent agréablement aux oranges confites et au beurre. Superbement bon et hyper abordable. Une belle découverte.

RV 81%
Speyside d’inspiration Lowlands? Nez assez unidimensionnel avec le malt et le raisin typique en harmonie, et un léger plastique comme dans certains Auchentoshan. On laisse tomber le malt en bouche, et le raisin devient plus sec, presque poussiéreux, mélange à de la farine brune. En finale, c’est tranquille – trop tranquille – avec le son d’un raisin qui semble fort, mais retentissant d’un party à des kilomètres plus bas.

Patrick 85%
Nez de malt chauffé qui fait ressortir quelques épices et une touche de fruits confits. En bouche, vanille, épices boisées, raisins et fruits confits. La finale malheureusement, part en poussière… Elle en effet plus courte que celle de la bière blonde que j’ai bue juste avant ! Agréable, bien équilibré si ce n’est de la finale un peu trop courte. Quand même un bon rapport qualité/prix, les single malts de qualité à 60 $ se faisant de plus en plus rares.

English EN Français FR