Glenlivet Founder’s Reserve

40% alc./vol.

André 85.5%
Nez de poires et d’abricot, de miel et de vanille très douce, d’orange avec un fond de fruits rouges. Je suis vraiment enchanté par le nez où l’herbe habituelle des embouteillages de la distillerie est maintenant disparue. Le nez est tout de même prudent mais très bien ficelé. En bouche, la tarte aux pommes vertes avec un peu d’épices et quelques fruits rouges appuyé par les mêmes notes de poires et de miel senties au nez. Belle évolution des épices qui progressent en crescendo au départ de la bouche et qui soutiennent la finale soulignée par le poivre et le gingembre. La finale n’en demeure tout de même courte et on ressent très bien la dilution généreuse à 40%. Pour le prix, le whisky est honnête et dans la gamme Glenlivet est un de mes préférés au niveau saveur (même des 15 et 18 ans d’âge de la même série). Je trouve par contre ambigu de lui donner le même nom que l’Édition de 21 ans. Les amoureux du style de la distillerie seront un peu déboussolés par ce changement de cap, mais je parie que cette édition aidera la distillerie à se trouver de nouveaux amateurs.

Patrick 83%
Un whisky qui se boit facilement et dont le seul défaut est de ne pas tomber dans ma palette de goût. Glenlivet a beau être un bestseller, on ne peut pas plaire à tout le monde! Nez : Parfum parqué par les céréales juteuses, un panier de fruits pas assez mûrs et une touche de sucre. L’ensemble est assez frais. Bouche : Toujours le panier de fruits sucrés, mais avec une touche de chêne légèrement épicé. L’ensemble est frais et vif. Finale : Un peu courte, mais tout de même agréable.

Martin 85.5%
Top neutre avec jambes éphémères. Nez: Caramel et vanille apparaissent derrière un léger voile d’alcool pas tout-à-fait désagréable, mais pas tout-à-fait parfait non plus. Herbe fraîche, orge et lilas. Touche de miel, comme sur les cuillères à miel en bois dans les annonces de céréales. Bouche: Caramel, citron et épices. Texture plutôt aqueuse, festival du sucre. Finale: Dure bien, et reste agréablement longtemps sur des notes d’épices et de malt grillé. Un cas classique de quand on garde le meilleur pour la fin. Équilibre: Bien que je sois mal placé pour parler parce que l’inférieur 12 ans demeure sur le marché canadien pour l’instant, je dois dire qu’il arrive qu’un no-age-statement d’entrée de gamme gagne sa raison d’être. Haters gonna hate, comme on dit…

Leave a Comment

English EN Français FR