Two Brewers Yukon Single Malt – Release 08 – Innovative

43% alc./vol.

André 88%
Bananes nappées de miel, agrumes et nectarines, poires, vanille. Très estival et aromatique comme présentation, l’été indien du Yukon version liquide. La bouche est malheureusement un peu trop diluée, les notes de bananes en purée sont intenses et se marient agréablement aux notes de poires et de compote de fruits rouges très discrets, les oranges et de vanille et de miel. On a aussi droit à quelques notes de bois séché heureusement bien équilibrées. De belle simplicité, ce whisky a un quelque chose de festif et d’estival, les notes de salade de fruits et de Banana Split nous mettent le sourire aux lèvres. La finale est finement inspirée par le bois sec, les épices et le poivre broyé. Superbe whisky mais avec une texture un peu molle et diluée… j’aurais boosté ça jusqu’à 46% pour lui donner un kick inattendu.

Distillerie 1769 Whisky Canadien

42% alc./vol.
Batch #002

Patrick 80%
Je m’attendais à quelque chose de plus original de cette distillerie. On est est ici dans le whisky canadien low shelf très traditionnel, un peu comme si une nouvelle micro-brasserie lançait un produit similaire à la Labatt Bleue, mais au double du prix. Come on guys, avec tous les efforts consentis pour arriver jusqu’ici, pour la prochaine batch, faites un petit effort de plus. Nez : Il gagne à respirer un peu, car les premières effluves ne sentaient que l’alcool. Après quelques minutes, un parfum sucré typique d’un whisky de maïs apparaît, puis des notes subtiles de chêne et de vanille qui rendent l’ensemble plutôt appétissant. Bouche : Au palais, la première réflexion est qu’il porte bien son nom : ça goûte le whisky typiquement canadien! Bref, une bonne base sucrée venant du maïs, le tout avec un petit punch d’épices venant du seigle et du chêne. Finale : D’une longueur moyenne, s’étire sur les notes de chêne brûlé et d’alcool.

Crown Royal Bourbon Mash

40% alc./vol.

André 81.5%
Oh… Beaucoup d’influences du bourbon au nez avec la livraison de pommes rouges, de réglisse et de fruits sauvages, anis, le sirop de maïs, miel, la planchette de cèdre rouge. La bouche est plus épicée, poivrée et le toute-épice, la réglisse rouge fraiche et la pelure de pomme, encore le sirop de maïs avec une finale un peu trop influencée par le bois et le poivre noir broyé. Forte sensation tannique également en fond de bouche. Bizarre cet embouteillage, hésitant entre son identité Canadienne et ses influences Américaines, au final, on en perd son latin.

Patrick 89%
Une belle surprise que ce whisky, pour moi qui aime le bourbon, et pour satisfaire ma dent sucrée. Bon, j’aime pas beaucoup le sucre, mais ici, il est dosé avec brio! Nez : Savoureux de parfum de bourbon sucré, avec une touche de fruits et de vanille. Vraiment alléchant. Bouche : Bourbon hyper sucré, avec un panier de fruits des champs, de la vanille et quelques épices du chêne. Finale : D’une belle longueur, épicée et légèrement sucrée.

Sivo Single Malt 3 ans – Vieilli en fûts de Sauternes

42% alc./vol.

Patrick 89%
Un très beau whisky, savoureux, complexe et plein de punch. Le parfum m’a plutôt surpris, mais une fois en bouche, c’est définitivement un whisky de compétition! Impressionnant pour son âge, il devrait être spectaculaire dans quelques années. Nez : Parfum très herbeux et floral, avec de discrètes notes boisées et de pommes vertes. Bouche : Sucre hyper chaleureux, avec des épices, des pommes vertes, des fleurs et une bonne dose d’herbes. Finale : D’une belle longueur, sucrée et herbeuse.

Sivo Rye – Vieilli en fûts de Porto

42% alc./vol.

Patrick 85%
Un whisky intense, mais qui a définitivement besoin de vieillir encore quelques années. Ou du moins, d’être un peu adoucit. Mais ça demeure très bon, surtout si on trouve que son whisky n’est jamais assez intense. Nez : Parfum intense, avec une note de vin vieillit en cuves métalliques, avec une petite dose de chocolat et de bois brûlé. Bouche : Épices boisées, sucre d’orge, chocolat… Et tonne de bois brûlé. Finale : Longue, et marquée par le bois brûlé.

Bunnahabhain Moine Brandy Finish

55.3% alc./vol.
Bottle #1068 of 4152, distilled 10/12/2004, bottled 22/06/2017. Maturation initiale de 13 ans en ex-sherry cask suivi d’un affinage en fût de Brandy Français.

André 95%
Y’a de ces whiskies, qui même après 2000 évaluations, savent te renverser et te surprendre. Cet opus tourbé de Bunna fait partie de cette trempe. Le nez est déroutant, mélange de fruits rouges séchés et de tourbe industrielle, huile grasse, cuir huilé et fourrure animale mouillée mais avec une délicatesse fruitée sous-jacente un peu désarçonnante. La tourbe me rappelle aussi la fumée industrielle que pouvait cracher les usines utilisant le charbon. Encore une fois on ressent aussi une influence maritime pas très lointaine, une humidité saline mêlée de jus de raisins mauves en poudre, de prunes et de fruits séchés. La bouche ne dément pas la complexité la beauté du nez. Malgré la texture grasse et huileuse, le whisky est costaud, jumelant alcool soutenu et tourbe animale. Les fruits secs, les prunes et les raisins mauves, petits fruits sauvages, les oranges aussi maintenant, naviguent sur les vagues salées et de fumée industrielle, le mélange de fruits est complexe et les saveurs variées. J’ai l’image d’un loup à la fourrure mouillée rôdant dans la cour arrière d’une usine de charbon. La tourbe me rappelle celle de Caol Ila, brute et définitivement industrielle. La patience récompensera le dégustateur en étalant de moelleuses notes de noix roulées dans le caramel et les noix de pain, la tarte aux pacanes peut-être. La tourbe s’assagit beaucoup avec le temps aussi et laisse encore plus le plancher de danse aux fruits. La finale est épicée et poivrée, fruitée oui, mais bien tourbée et maritime. On pourrait croire que ces saveurs ne pourraient pas s’agencer sans accro mais cet présentation, singulière il faut le dire, touche son but sans équivoque. Du grand Bunnahabhain. God bless Mike Brisebois pour le sample.

Patrick 89%
Nez : Savoureuse et intense fumée de tourbe, avec une delicate note fruitée, du poivre et du chêne brûlé. Bouche : Fumée et épices, avec des notes sucrées et fruitées, du caramel, du chocolat. Finale : D’une belle longueur, avec un peu de sucre, pas mal d’épices et de la fumée qui s’étire longuement.

English EN Français FR