Jim Beam Double Oak

43% alc./vol.

Patrick 88%
Ce qui m’a étonné ici, c’est le sucre qui balance admirablement bien le chêne et les épices. Bref, un très bon whiskey intense et savoureux, mais surtout un excellent rapport qualité prix. Nez : Parfum sucré, dominé sans surprise par des notes chêne, avec un peu d’épices, de cerises et de vanille. Appétissant! Bouche : Sucre d’orge, chêne épicé et légèrement brûlé, avec une touche de cerise. Finale : D’une belle longueur, sucrée, boisée et épicée.


Tagués avec :

Jack Daniel’s Straight Rye

45% alc./vol.

Patrick 89%
Une belle surprise que ce nouveau Jack Daniel’s qui saura satisfaire les fans de la marque et les fans de rye en général. En tout cas, moi, j’adore, et la meilleure preuve en est ma bouteille qui se vide trop vite! Nez : Savoureux parfum de céréales sucrées où le seigle domine, accompagné d’un peu de cerises et d’une bonne dose de vanille. Bouche : Planche de chêne, seigle, épices, vanille, cerises, le tout enveloppé par du bois brûlé et recouvert de sucre blanc brûlant. Finale : D’une belle longueur, épicée et sucrée.


Tagués avec :

Pikesville Straight Rye

55% alc./vol.
Tout droit sorti de la distillerie Heaven Hill, ce produit de qualité supérieure est élaboré à partir d’un moût composé à 51% de seigle, 39 % de maïs et 10 % d’orge. Avec ses 55% de teneur en alcool, le whiskey Pikesville Straight Rye est vieilli en fûts pendant six ans. À l’origine produit par les distilleries L. Winn & Brothers depuis 1895, sa fabrication est passée entre les mains de la maison Heaven Hill après avoir connu une passe difficile pendant les années 20 et la Prohibition.

André 88.5%
Grosse réglisse bien fraiche, anis, odeurs très intenses d’épices et de poivre frais broyé, de tarte au caramel et de sirop de maïs, cerises noires, fruits sauvages, le rye donc!… La bouche est franche et directe mais hyper bien équilibrée; réglisse rouge, beaucoup d’épices dont le poivre et le clou de girofle et de cannelle, puis belle intensité sucrée tirée du maïs qui équilibre bien la volée épicée. Belle onctuosité malgré les épices tranchées. Notes de chocolat noir légèrement amer, de cerises noires, d’anis et de bois carbonisé en finale, touche d’oranges, l’alcool est aussi bien ressenti. Bien que très jeune, ce whisky livre la marchandise. L’alcool et les épices rendent le whisky un peu fougueux en bouche mais la texture et une légère touche de sucre mielleux et de chocolat lui donnent une touche plus domestiquée. Du bon jus!

Patrick 94%
Un rye extraordinaire, sublime, savoureux. Yep, oui, tout ce que je veux, oui, oui, oui!! Nez : Savoureux parfum sucré et fruité, avec de la vanille, un peu de bois brûlé. Ça semble assez traditionnel pour un bourbon, mais j’ai l’eau à la bouche comme jamais! Bouche : Du beau sucre chaleureux, de belles épices envoûtantes, quelques sublimes fruits mûrs, de la cassonade et de la vanille. Finale : D’une belle longueur, intense, sucrée et épicée.


Tagués avec :

Ichiro Malt Wine Wood Reserve

46% alc./vol.
Ichiro’s Malt Wine Wood Reserve est un vatted malt inhabituel puisqu’il est composé de Chichibu, de Hanyu mais aussi de single malt écossais. Cette rare expression a vieillie en fûts ayant contenu du vin rouge avant d’être affinée en barriques Ovum, qui sont des futs chêne français façonnés en Charentes par les Meilleurs Ouvriers de France de l’équipe Taransaud.

André 86.5%
Quand t’as quatre pouces de maquillage dans l’visage, c’est probablement le signe que ça cache un visage de cul. C’est un peu l’impression que donne le nez de ce whisky, noyé dans le wine cask costaud et pas subtil et le sucre. Au nez, avalanche de fruits rouges, d’épices mélangées de sucre, chocolat noir fourré à l’orange, un peu licoreux et pas subtil sur l’influence des fûts utilisés. Ce qui surprend en bouche c’est la force des notes de poivre noir broyé, de gingembre et d’épices, cintrées de notes de fruits rouges et de fruits sauvages, les cosses d’oranges, les gros raisins mauves. Il y a un off-key quelque part en bouche, un petit quelque chose dans le wine cask. La finale est hyper épicée et poivre, relativement longue, fruitée sans subtilité, avec un retour sur un mélange épicé-sucré un peu désorientant. Un whisky faisant preuve de beaucoup d’ambiguïté, parfois difficile à suivre mais aussi avec de belles saveurs et arômes.

Patrick 82%
Bon, mes attentes étaient élevées, alors oui, je suis déçu. Un whisky plutôt mono-dimensionnel, qui sera idéal pour ceux qui aiment plus le vin que le whisky! Mais pour les amateurs de whisky, on repassera… J’ai d’ailleurs tenté l’expérience avec des amis qui justement préfèrent le vin au whisky, et ils ont adorés leur dram! Nez : Parfum très marqué par un beau vin rouge sucré et fruité, avec une touche de caramel et de vanille. Bouche : Vin chaleureux très intense, chêne brûlé, caramel cramé et vanille épicée. Finale : D’une belle longueur, marquée par le bois brûlé.


Tagués avec :

1835 The Lone Star Texas Bourbon

45% alc./vol.

André 73%
Dans le monde bouillonnant et de l’explosion de l’intérêt marqué pour le whisky, plusieurs compagnies coquilles profitent de l’engouement général afin de s’approvisionner dans des producteurs grossistes et n’ont souvent même pas d’alambics pour distiller. Ça semble encore le cas ici, comme le label l’indique ‘’embouteillé’’ au Texas… et non ‘’distillé… Les sourced whiskies sont définitivement à tuer le marché petit à petit et miner l’appellation ‘’micro-distillers’’. Le nez est insipide et générique, aucune originalité, on fait dans la présentation straight to the point, bar none, case closed; fruits rouges sauvages, cerises, réglisse, cannelle, cassonnade et le bois brûlé. Cela ne présage rien de bien palpitant… La bouche est livrée avec aucune passion, l’alcool est en avant-plan et malmène les saveurs de réglisse poivrée et épicée. Le bois brûlé aussi ressort beaucoup et le whisky est franc et tranché en bouche. Bon, pour 30$ je n’avais pas de grosses attentes… La finale est sur l’alcool frelaté dans laquelle marine des fruits rouges et de la réglisse. Le prix ne fait pas foi de tout mais dans le cas présent, à 30$us, c’est du vol pur et simple. Trump devrait monter son mur autour du siège social du distributeur.

Patrick 85%
Un très bon whiskey, avec une palette de saveurs très traditionnelle pour un bourbon. Mon bug est que non seulement il s’agit d’un « no age statement », mais c’est aussi un « no distillery statement ». Une pratique que je trouve déplorable. Ok, le whiskey est bon, mais si vous lisez ceci, achetez donc quelque chose dont vous connaissez le vrai producteur. Nez : Parfum de caramel légèrement épicé avec une pointe de cerise. Bouche : Délicieuses épices, bois brûlé et cassonade. Finale : D’une belle longueur, marquée par les épices typiques du bourbon.


Tagués avec :

Booker’s ‘’True Barrel’’ Batch #2017-01E

62.70% alc./vol.
6 ans 1 mois

André 93%
On a beau dire, avec les dernières frasques de Trump, qu’en tant que Canadien on devrait boycotter les produits Américains, une fois qu’on a goûté ce whisky, il sera bien difficile de s’en passer et de ne pas succomber à l’envie d’acheter la bouteille si l’on en trouve. Le nez est d’une richesse incroyable; cannelle, rye, réglisse, fût carbonisé, grosses cerises noires, presque des prunes de part l’amplitude des fruits rouges bien mûrs, la pelure de pomme rouge et le chocolat noir aux épices, les amandes non salées. Texture onctueuse en bouche en arrivée, puis plus costaud et effilé, grosse vague de poivre et de cannelle, d’anis et de réglisse, de cerises noires, de chocolat noir fourré d’épices et de poivre. On ressent bien l’effet de chacune des céréales composant ce superbe whisky. Longue finale, poivrée et épicée, beaucoup d’astringence et de sensations brutes provenant du bois de chêne brûlé. Saveurs et alcool version cask strength. Love it!

Patrick 86%
Pour amateur de bois brûlé intense. Pas le Booker’s le plus subtil que je n’aie jamais vu, mais ça reste très agréable. Nez : Parfum sucré, avec des notes de réglisses à la cerise et vanille. Bouche : Bois brûlé intense et les épices qui y sont associées. Mais vraiment, le mot clef ici est « intense »! Finale : D’une belle longueur, marquée par le bois brûlé.


Tagués avec :
Top