Glenlivet 8 ans Single Cask Squadron 70

glenlivet-tomnabat-hill

62.5% alc./vol.
293 bouteilles. Ce whisky souligne l’aide du Canada au capitaine John Gordon Smith Grant, pendant la Première Guerre mondiale. Ce descendant du fondateur de The Glenlivet a reçu des soins d’un hôpital de campagne canadien à Doullens, en France, après avoir été blessé au combat. Ses funérailles furent par la suite célébrées par l’évêque de London, en Ontario.

André 86%
Pommes vertes, vanille et toffee, chocolat au lait crémeux, légère sensation épicée qui dort au fond du verre. En respirant, le whisky laisse s’échapper des notes d’ananas et un peu de banane. En bouche, les épices et le bois sont très présent. Le taux d’alcool, jumelé èa une courte maturation en fond un whisky un peu vigoureux et franc malgré les saveurs de vanille qui tentent de calmer la donne. Les mêmes pommes vertes reviennent aussi en bouche et s’accompagnent d’une belle texture goulue et bien épicée, d’oranges et d’une finale astringente, légèrement sèche avec des notes d’herbe verte ainsi qu’un soupçon floral. Petite touche de chlore en toute finale de bouche. Le nez me rappelle maintenant la poudre des emballages de gommes Bazooka.


Publié dans Speyside Tagués avec :

Springbank Local Barley 16 ans 1999

springbank-16-local-barley

54.3% alc./vol.
Édition limitée à 9000 bouteilles. Fabriqué à partir d’orge de type prisma (orge d’été) cultivé à la Low Machrimore Farm dans le sud de la péninsule du Kintyre. Tiré d’un mélange de 80% de bourbon casks et de 20% European oak sherry casks.

André 90.5%
Nez très artisanal, axé principalement sur les céréales, abondantes notes de sucre, de miel et de vanille, cintrées de tourbe discrète et de poivre épicé. Une fois la vague d’alcool calmée, de savoureuses notes de poires et de petits fruits sauvages apparaissent progressivement. Superbe texture en bouche, presque du beurre baraté, sensation huileuse mais ferme, l’amalgame de saveurs est intéressant et bien présentée. Mélange de céréales nappées de poires, de vanille et de miel, avec une légère fumée huileuse en arrière-plan. Seul petit reproche c’est que celle-ci n’offre presque aucunes surprises par rapport au nez. Les notes de poivre et d’épices resurgissent après que ce soit dissipée la vague sucrée de miel et de vanille. La finale est huileuse et sucrée et se transforme sous des notes plus sèches et épicées en rétro-olfaction. J’adore le style, la qualité de la présentation, la texture unique et la place laissée aux céréales. Comme son nom l’annonce, on a droit au spectacle attendu.


Publié dans Campbeltown Tagués avec :

Benromach Hermitage Wood Finish 2005-2015

benromach-hermitage-2005

45% alc./vol.
Vieilli dans des fût de bourbon de premier remplissage, Benromach 2005 Hermitage a ensuite été affiné pendant 27 mois dans des fûts de vin ayant contenu la prestigieuse Appellation d’Origine Contrôlée Hermitage. Edition limitée à 4200 bouteilles.

André 79.5%
Savoureux nez, très influence par le cask finish de vin bien annoncée par sa couleur très particulière, cuivrée et rougeâtre. Nez fruité et vineux, mélange de vanille nappée de caramel. Bol de fruits rouges, chocolat noir un peu amer. La bouche est un peu tannique, puissante sur les fruits rouges mais nuancé par de belles épices, surtout la cannelle. Poires passées à la poêle, cerises noires, pommes rouges, chocolat. Léger déséquilibre au niveau texture où les effets du cask finish sont peut-être un peu trop ressentis. La finale offre de belles cosses d’oranges accompagnées de notes de chocolat. Quelques sursauts de cannelle et une touche de poivre ferme la finale un peu abruptement. Rétro-olfaction de fine tourbe avec notes de sherry chloré pas très agréables. Un bon dram, débalancé par le cask finish trop présent.


Publié dans Speyside Tagués avec :

Ardbeg Perpetuum Distillery Release Feis Ile 2015

ardbeg-perpetuum-distillery-release

49.2% alc./vol.

André 88%
Vanille tourbée, sensation de craie au nez, tourbe médicinale, poires caramélisées. Même en laissant le nez respirer je trouve le whisky un peu trop réservé. En bouche la texture du whisky est ronde mais les saveurs prononcées ; tourbe, sel, beaucoup de poivre et un background de vanille et de chocolat au lait. La sensation en bouche est un peu poreuse, presque de la poussière de pierre et de la cendre de foyer. Je trouve que le whisky manque de dimension et de nuances. Saveurs de réglisse noire et de tourbe fumée, suie, agrumes discrètes, bananes et vanille. Personnellement, j’aime moins cette édition de par son côté réservé et un peu trop rectiligne. La finale est hyper longue, pas nécessairement fortes au niveau intensité des saveurs mais surtout avec sa texture huileuse qui transporte bien les saveurs de tourbe et de chocolat noir. Une belle présentation, peut-être un peu trop sage si l’on la compare avec les dernières éditions, le Uisgedail, pour environ le même prix, le Uisgedail est selon moi meilleur.


Publié dans Islay Tagués avec :

Laphroaig Lore

laphroaig-lore

48% alc./vol.

André 87%
Nez typique de la distillerie ; fumée de tourbe intense, bitume chaud, mélange de vanille crémeuse et de discrets fruits rouges, grains de café torréfiés, chocolat noir amer. Maritime dans le style avec ses arômes d’agrumes un peu citronnées. Petite précision ici ; ne faites pas de votre première gorgée votre opinion définitive, car les saveurs sont définitivement au rendez-vous mais la texture est encore une fois très ordinaire. Donc en bouche ; tar, asphalte, notes médicinales et maritimes, la tourbe phénolique. La vanille et le miel sont très présents également, peut-être légèrement trop car cela ampute la longueur de certaines saveurs en bouche. Au final, les épices, la réglisse noire et le poivre ressortent de l’ensemble et la toute finale offre de belles saveurs salées et tourbées se mélangeant à la sécheresse du chêne vanillé. Pour le prix demandé et le résultat final, compte tenu que cette édition fera partie du porte-folio régulier de la distillerie, il faudra que les gens du marketing fassent un miracle pour le justifier vis-à-vis l’édition régulière de 10 ans et le quarter cask qui sont à 40% du prix de celui-ci, à moins que cette parution sonne le glas de ces deux congénères. À 180$ la bouteille, ça va être difficile à faire avaler aux consommateurs.

Patrick 89%
Un superbe Laphroaig, savoureux, intense, complexe et trop cher. Malgré son prix, il ne s’agit pas du plus complexe des Laphroaig, mais il est tout de même suffisamment bien balancé pour en faire un très bon whisky. Pour moins d’argent, vous trouverez plusieurs marques concurrentes vous offrant des meilleurs produits. Pour 100$ de moins, il serait extraordinaire, mais à 150$ (ou plus, selon les marchés), c’est du vol, il ne les vaut définitivement pas. Nez : Tourbe fumée avec un petit fond de fruits mûrs. Poivré et épicé, avec une touche de bois brûlé. Bouche : Épices, fumée, poivre, bois brûlé, tourbe et xérès brûlant. Chaleureux, brûlant et intense. Finale : D’une belle longueur brûlante et épicée.


Publié dans Islay Tagués avec :

Highland Park Ice 17 ans

highland-park-ice-17

53.9% alc./vol.
30,000 bouteilles

André 84%
Vous connaissez mon amour pour Highland Park, alors ça n’a pas été facile de reviewer ce whisky après avoir lu les notes de Patrick. Faut croire que l’équipe de marketing travaille plus fort que les master blender chez Highland Park ces temps-ci. Quelle présentation, mais quel prix exorbitant, pour une édition ‘’limitée’’ de 30000 bouteilles. On a la notion du mot limitée pas mal large dans le cas présent. Au nez, l’ananas, la vanille, d’abondantes notes d’agrumes et de morceaux de pommes vertes. C’est intéressant de voir les saveurs de tourbe se mélanger avec les fruits tropicaux plutôt que les habituelles notes de sherry. La texture en bouche est soyeuse en approche puis se mute en vague épicée avec des notes de gingembre et de poivre, la sensation en bouche est franche avec ses saveurs sèches tirées du bois de chêne, un changement de cap qui déboussole un peu l’expérience de dégustation. La finale est poivrée, sèche et astringente malgré les saveurs de vanille crémeuse et de salade de fruits exotiques. À l’image de sa présentation, je trouve ce Highland Park froid et chirurgical, tout le contraire de ce que j’aime des éditions régulières de cette distillerie. J’vais passer mon tour sur l’achat.

Patrick 84%
J’avais peur qu’il ne s’agisse que d’un « trip » marketing, mais c’est réellement un bon whisky. Mais bon, à moins d’utiliser la bouteille vide comme bibelot pour compléter votre décoration aux couleurs de la Floride, le prix est ridiculement trop élevé. A boycotter, par principe. Nez : Parfum appétissant et frais : Ananas et sorbet à la mangue. Le tout est complété par une touche de fumée et de gingembre. Bouche : Fumée de tourbe tempérée par la vanille, des fleurs, des épices et une touche de bois. Finale : Longue et savoureuse. Des épices, de la fumée et du bois brûlé.


Publié dans Islands Tagués avec :

Nos Partenaires

Évaluations

Merci à

Évaluateurs