Caorunn Gin

caorunn-gin

41.8% alc./vol.
Produit à la distillerie Balmenach.

Patrick 89%
Un très bon gin, fort bien construit et agréable à boire. Peut être pas le plus complexe sur le marché, mais après tout, l’important est qu’il se boive avec plaisir! Nez : Parfum dominé par les agrumes masquant presque le genièvre et quelques subtiles notes fruitées. Très vif et frais. Bouche : Toujours les agrumes, accompagnées de notes feuillues. Finale : Finale un peu sèche, où finit par s’exprimer le genièvre.


Publié dans Gin

Bunnahabhain Ceòbanach

bunnahabhain-ceobanach

46.3% alc./vol.
En Gaélique Céobanach (qui se prononce Chio ba nac) veut dire « brume fumée ». Il s’agit d’une référence au XIXème siècle, lorsque la communauté insulaire était dépendante de la tourbe afin de se chauffer ou pour commercer. A cette époque les volutes de fumée provenant des feux extérieurs se mêlaient à l’air marin et créait ce « brouillard enfumé » que l’on pouvait sentir et presque goûter.

André 89%
J’ai l’impression de découvrir une nouvelle distillerie. La tourbe est prononcée et maritime. Cela me rappelle les petits biscuits au beurre et la tarte à la meringue dégustée sur le port de mer. La vanille est omniprésente et tranche avec le sel de mer en arrière-plan. Texture moelleuse en bouche, la fumée de tourbe est tout de même très approchable. La vanille attendrit beaucoup les notes de poivre moulu et de sel de mer, la fumée affirmée. La texture est huileuse et très agréable et même à une finale tourbée et poivrée à souhait, maritime, ou le sel de mer se mélange à la perfection à la tourbe poivrée et à la vanille. Tout en étant un whisky tourbé d’Islay, cette présentation n’effraiera pas les non amateurs du style et ravira les habitués et amateur de tourbe distinctive. Définitivement un must !

Patrick 90%
On a ici un excellent contrôle de la tourbe, avec un beau contraste de saveurs bien maîtrisé. Nez : Fumée de tourbe envoutante avec une belle note de suie et un petit quelque chose de frais ou plutôt rafraichissant. Bouche : Texture huileuse et belle arrivée en bouche, rapidement subjuguée par une vague de fumée de tourbe intense et de suie. Une touche de fraicheur portée par des agrumes rend l’ensemble complexe et très agréable. Finale : Longue et savoureuse.


Publié dans Islay Tagués avec :

Glen Breton 21 ans

NOphoto

43% alc./vol.
Fût #665, bouteille 25 de 268.

André 80%
Le nez est réservé, presque timide. Beaucoup de vanille épicée finement, arômes de chêne sec et d’eucalyptus, à la limite les feuilles vertes mouillés avec la rosée du matin. La bouche est fortement diluée, on pourrait jurer que le whisky est à 40% d’alcool, manque de structure et de panache. Fruits divers, agrumes et fruits tropicaux, pomme poire, herbe mouillée et soupçon d’eucalyptus mentholé éventé. Les saveurs découlant du chêne sont aussi grandement perceptibles. Le tout s’accompagne d’une sensation mi-sèche et épicée. Je m’attendais à quelque chose de doux en bouche et ça, c’est réussi, mais le whisky est dilué, ce qui est bien différent. La finale est soutenue et la conjonction chêne et épice aide le tout. Les fruits s’accrochent en bouche mais le whisky manque de définition et de raffinement. Un bon whisky… sculpté à la hache. Je suis encore étonné de voir comment cette distillerie, la première à produire un single malt Canadien, a fait du sur-place depuis sa fondation. Dans l’ensemble, leurs whisky sont ordinaires, sinon mauvais, quelques rares expressions valent que l’on mette le prix pour acquérir mais au final, on risque fort de faire un mauvais bargain plutôt qu’une bonne affaire. Si cela continue, le conservatisme prudent finira par avoir raison de la maison.

Patrick 83%
Un bon dram léger et efficace, mais qui ne propose rien de nouveau sous le soleil. Dommage, je trouve que Glenora s’assoit sur ses lauriers de première distillerie canadienne de single malt, alors qu’elle est capable de tellement plus. Nez : Parfum léger marqué par les céréales, l’herbe et quelques agrumes. Bouche : Les agrumes explosent dès l’arrivée en bouche, laissant tout de même apparaître quelques touches de sciure de bois franc légèrement brûlée. Finale : D’une longueur moyenne. Fraiche, marquée par l’herbe et les agrumes.


Publié dans Whisky Canadien Tagués avec :

OYO Oloroso Wheat Whiskey

oyo-oloroso-wheat-whiskey

51% alc./vol.
Middle West Spirits, Double Cask Collection, Batch #001.

André 91.5%
Si ce whisky était une femme, il serait Penelope Cruze avec un méga ass de sherry butt. Le jus de sherry tiré des pores du fût, les fruits rouges bien frais, les cerises noires, la pâte de fruits. Le sherry me rappelle certaines éditions de Macallan, pas le sherry austère, mais celui étant plus fruit frais festif auquel s’additionne de savoureuses notes de chocolat noir fondu et une bonne rasade de miel. La texture en bouche est si douce qu’elle cache complètement le taux d’alcool, qui passe complètement free dans le « gargotton ». Le seul reproche est que seules les saveurs du nez sont transposées en bouche alors c’est pas mal « what you sniff is what you taste ». J’adore le rendu du sherry sur le whisky, c’est sérieusement de l’assez unique. La finale tranche un peu avec le reste, sa longueur en bouche est étonnante et c’est probablement le seul endroit où l’alcool est un peu plus perceptible. Heureusement, le sherry et le chocolat enrobe bien la force tranquille de l’alcool qui dormait depuis le début de la dégustation. J’en veux !!!

Patrick 91%
Wow, une belle surprise! Très savoureux, très intense, idéal pour l’amateur de whisky sérieux. Toutefois, les novices le trouveront peut être un peu trop intense, mais tant pis pour eux! Nez : Nez très chaleureux et fruité, avec une touche de caramel onctueux. Un parfum plutôt appétissant. Bouche : Chêne brûlé, fruits mûrs, un peu de cerise, de noix, de chocolat noir et surtout, de raisins. Finale : Longue, avec des notes de chocolat noir à la cerise épicée.


Publié dans Whiskey Américain Tagués avec :

Maker’s Mark Cask Strength Batch #14-02

makers-mark-cs

56.7% alc./vol.
Recette composée de 70% de maïs, 16% de blé rouge d’hiver et de 14% d’orge maltée.

André 90%
De livrer un taux d’alcool si fougueux de manière si douce et posée est en soi un tour de force. Cerises sauvages, réglisse, cannelle et épices, l’alcool bien niché sous les saveurs somme toute représentatives du style. La présence maternelle et attendrissante du blé, qui rappelle les éditions régulières de Makers Mark est bien là, pas de manière évidente mais avec un peu d’attention, on peut le détecter au travers des différentes saveurs. Ce feeling de mie de pain chaud tout juste sorti du four. En bouche, la réglisse rouge, les épices – la cannelle, le gingembre et le poivre particulièrement – rehaussent la bouche de façon douce et épicée à la fois. La finale est longue, douce, mais affirmée, mélangée de fruits rouges poivrés et épicés et de céréales de blé chauffées par le soleil du sud des États-Unis. Makers Mark auront réussi à faire un bourbon qui demeure dans la norme aromatique de la catégorie mais qui a aussi une touche de singularité bien définie. Juste pour cette raison, la distillerie mérite tout notre respect.

Patrick 90%
J’attendais depuis longtemps un Maker’s Mark pour adultes tel que celui-ci, et je ne suis pas déçu! Intensité, complexité et balance, tout y est! Nez : Cassonade brûlée et sucrée, vanille, le tout sur un fond de maïs et de blé. Bouche : Wow! C’est ici que ca se passe! Avalanche de céréales, d’épices, de fruits et de chêne brûlé. Finale : D’une belle longueur et agréable.


Publié dans Whiskey Américain Tagués avec :

Highland Park Einar

highland-park-einar

40% alc./vol.

André 86.5%
Ok… Soit les dieux de la Valhalla avaient eu une soirée trop bien arrosée la veille ou une nuit torride avec une coupelle de Déesses Freya, mais la gang de la Valhalla Collection sont plutôt calmes au nez de ce whisky… Au nez, on reconnait immédiatement les flaveurs de Highland Park, ce miel de bruyère, ce mélange d’épices douces et dosées, principalement la cannelle, le chocolat fourré à la vanille saupoudré d’une douce essence de fumée poivrée des Orcades. En bouche, le whisky surprend un peu, je dois avouer que je ne m’attendais pas à une bouche si musclée. La tourbe est plus présente et le sel de mer frappe pas mal en fond de bouche. L’évolution du miel et de la vanille est intéressante et apporte une dimension plus feutrée au whisky, cela ressemble presque à du beurre ou du jus d’amandes pressés, du lait aux amandes peut-être. La bouche pourrait rappeler certains embouteillages de Balvenie, ce côté céréales de miel et noix, assaisonnée de vanille en poudre. Finale plus fruitée, se rapprochant des saveurs découlant des fût de sherry, le gâteau aux fruits, le chocolat, le miel et les noix et toujours cette vanille omniprésente. Sans être le whisky qui réinvente Highland Park, il ne déroge pas à la ligne directrice de la distillerie. Sa force réside au niveau de son qualité-prix car pour environ 60$ pour un litre, il sera difficile de trouver mieux. Par contre, on ne pourra le qualifier de whisky original et on regrettera amèrement la dilution trop généreuse à 40%… Embouteillé à 46 ou 48%, ce whisky aurait définitivement pu être une bombe.


Publié dans Islands Tagués avec :

Évaluations

Merci à

Évaluateurs