Four Roses Single Barrel 81-1D

50% alc./vol.

André 89.5%
Le pari des single cask est toujours risqué. Si vous y allez avec une distillerie que vous appréciez et connaissez, vous ne courrez pas grand-chose mais cela demeure tour de même une expérience à risque. Si vous avez la chance de voyager un tant soit peu (juste à côté en Ontario par exemple, just sayin’), vous pourrez mettre la main sur les excellents single barrel de Four Roses. Cela vous changera du soporifique embouteillage à 40% qui était encore disponible en SAQ voilà pas très longtemps. Cette distillerie livre la marchandise pour le prix demandé tout en pouvant se vanter d’avoir pu garder un peu de singularité dans le tsunami de bourbons sur le marché. Au nez, le whisky est soyeux, très fruité, le maïs de la fin d’été, la pomme rouge au caramel de Beauce Carnaval, le sirop d’érable, la cannelle riche. Toutes ces généreuses saveurs aideront à nicher le taux d’alcool de façon élégante et discrète. La bouche confirme le nez, le taux d’alcool titillera la langue qui nagera dans les saveurs sucrées et fruitées, le caramel soyeux, les cerises marasquin, les raisins secs, la pomme rouge, une trace d’épices aussi. L’alcool est finement perceptible mais la douceur générale des arômes arrondit passablement le whisky. Avec le temps, de pleines notes d’oranges émergent au-dessus de la mêlée. La finale s’entremêle avec les saveurs de la bouche et le whisky s’estompe lentement. Les saveurs de fruits, de rye et d’épices s’étiolent comme des flocons fondant sur la langue. Un whisky savoureux, à la complexité bien cachée. C’est ce qui en fait un Grand Whisky.


Publié dans Whiskey Américain Tagués avec :

Jack Daniel’s 150th Anniversary

43% alc./vol.

André 85.5%
Fan de Jack, cette bouteille est pour vous, pour les autres, je vous recommande le single barrel à 20$ de plus, quoique… Belle signature de Jack Daniels avec l’avalanche de fruits rouges, de réglisse, un nez soyeux et duveteux, drapé de vagues de caramel sucré très agréable. La bouche est parcellée de notes de chocolat et d’oranges, que nuance de savoureuses notes de cannelle et de réglisse rouge, puis de caramel sucré. Vraiment savoureux et très approchable. On comprend rapidement pourquoi ce whisky est si apprécié de par les amateurs. Une fois les saveurs s’estompant en bouche, les épices s’élancent avec plus de force. On ressent aussi avec plus d’évidence le 3% d’alcool supplémentaires. La finale quant à elle est hyper douce, avec quelques nuées d’épices et des saveurs tirées du fût de chêne. Pour 3$ de plus, vous avec 3% plus de degré alcoolique, pour 20$ de plus environ 4-5%. Dans tous les cas, l’épine dorsale de Jack Daniels est présente, dans tous les cas vous ferez un achat agréable. Pour les novices, l’édition de base est un choix logique, cette édition à 43% offrira aussi une belle variante pour les fans. Mais personnellement, je crois que les trippeux de whisky mériteront d’allonger un 20$ supplémentaire et de se payer le pot-luck des single barrel à 50%, juste ‘’parce que vous le méritez bien’’(sic).


Publié dans Whiskey Américain Tagués avec :

The Irishman Small Batch Founders Reserve

40% alc./vol.
Irish blend compose de 70% de single malt whisky et de 30% de single pot still whisky.

André 81.5%
Nez tout en douceur; poires, toffee, vanille, sucre à glacer, pelures de pommes. Sans être un whisky qui étonnera au premier égard, il offre une belle complexité et un équilibre indéniable en bouche malgré les limites de sa gamme de saveurs. La texture est souple, les saveurs typiques ; poires et vanille, cannelle fraiche. Légère sécheresse épicée et poivrée en finale de bouche, ce qui nuit à l’équilibre générale du whisky. La rétro-olfaction est fortement axée sur le bois de chêne qui masque toutes les saveurs plus délicates. Un whisky qui expose bien le style mais qui ne renouvelle pas du tout le genre.


Publié dans Whiskey Irlandais Tagués avec :

Kilchoman Loch Gorm 2016

46% alc./vol.
La micro-distillerie de l’île d’Islay lance la troisième version de la cuvée Loch Gorm. Distillé en 2010 et embouteillé en 2015, ce single malt d’Islay a vieilli 5 ans intégralement en fûts de xérès oloroso.

André 89%
Fuck les distilleries qui font du whisky depuis 150-200 ans. Fuck les jupes qui distillent des whiskies plattes et prévisibles qu’on dilue dans des blends. Fuck les distilleries qui se sont assises sur leur histoire et leur marque et qui font fi de l’innovation. On peut produire un whisky kick-ass de 5 ans d’âge, dans une micro-farm-distillery tout en ayant une ligne directrice singulière et de divines saveurs. Non mais ça bottes-tu le derrière à certains dinosaures de l’industrie Écossaise ça…?!? Être passé maître dans l’exécution de la création d’un single malt en l’espace de 10 ans est unique en soi. Au nez; tourbe terreuse puissante mais feutrée à la fois, notes de fruits rouges et de chocolat noir amer salé. Médicinal et phénolique. Mélange singulier mais qui se marie étrangement ensemble. La bouche livre une bonne dose de tourbe mouillée et d’herbe verte, fumée de tourbe grasse et phénolique, fruits rouges avec de belles pointes de gingembre, de poivre moulu et d’agrumes citronnées. La texture est grasse et huileuse, amoureuse à souhait. Je m’attendais à une finale plus soutenue. La texture du whisky semble s’affaiblir rapidement malgré les saveurs de tourbe épicée persistante. Dans l’ensemble, ce Kilchoman a moins de punch que les précédentes versions, il est peut-être aussi plus nuancé, moins coup de poing, preuve que la distillerie grandit et trouve sa niche dans le marché des whiskies d’Islay.


Publié dans Islay Tagués avec :

River Queen Blended Scotch Whisky

40% alc./vol.

Patrick 65%
Un blend de mauvaise qualité. Tant qu’à boire ça, j’aime mieux boire de l’eau. Nez : Parfum de whisky de grain cheap, avec une touche boisée et vanillée. Bouche : Eeeeech, sans joke? Goûte le whisky cheap. Orge, un peu d’épices, une bonne dose de métal, de la farine ou plutôt de la poussière. Finale : Courte et sans intérêt.


Publié dans Blends Tagués avec :

Millbrook Distillery – Founder’s Rye Reserve

45% alc./vol.
139 bouteilles

Patrick 85%
Un bon rye, encore un peu jeune, mais on a habilement compensé avec un bon fût de bois brûlé. Un très bon whisky qui sera probablement exceptionnel dans quelques années. Nez : Nez fruité et floral, marqué par les agrumes et me rappelant presque un gin! Le tout est complété par du délicieux bois brûlé. Bouche : Grosse planche de bois brûlé, épices, un bon trait de vanille et une petite note fruitée agréable vient compléter le tout. Finale : Longue et savoureuse, marquée par le bois brûlé.


Publié dans Whiskey Américain Tagués avec :