Bowmore Tempest 10 ans Batch #5

bowmore-tempest-4

55.9% alc./vol.

André 87%
On peut difficilement faire plus Bowmore au nez… Pastilles Fisherman’s Friend, notes coastal, le sel de mer, les agrumes, beaucoup de vanille, les oranges. La bouche est huileuse et franchement sexy en approche de bouche, puis un bon déferlement d’oranges, de nectarine, de sel de mer et de tourbe camphrée qui demeure d’une belle douceur malgré la force de l’alcool. En s’aérant, belles vagues d’amandes salées et de nectarines, caramel. Le tout remonte en finale et s’accentue avec quelques notes d’épices (clou de girofle, réglisse noire) pour ensuite redescendre en pentes douce vanillées, d’agrumes et d’orange fumées. Moins punché que les 3 premières éditions, mais représentatif et nuancé.

Martin 89%
Beau coloris d’un ambre riche qui transcende sa futaille de bourbon. Nez: La familiarité de la distillerie nous saute au nez. La fumée laisse rapidement place à l’air salin et au citron, des arômes bien de Bowmore, et pourtant un vent de renouveau tente de s’installer sur vanille et mûres. Bouche: Texture soyeuse mais assumée, sur d’agréables notes d’iode, de vanille, d’agrumes et de miel, pour boucler le voyage sur un retour inattendu d’une tourbe qui s’était faite trop discrète jusqu’ici. Finale: Ici se présente un beau vent d’eucalyptus et de diachylon qui m’avait mis sur le cul quand j’ai goûté il y a des lustres à mon premier Bowmore 12. On s’étend ensuite tout en douceur sur un peu d’épices et de noix. Équilibre: Objectivement, un sacré bon whisky. Subjectivement, dû à la mémoire olfactive et à la nature humaine, cette expression me relance dans la nostalgie de mes débuts dans le monde du whisky, et juste ça, ça vaut un point de plus.

Publié dans Islay Tagués avec : ,

Douglas Laing Executive Decision Aberlour 25 ans Single Cask 1988

douglas-laing-aberlour-25

50.9% alc./vol.
Fût #9967, 88 bouteilles.

André 87%
Un Aberlour complètement hors-norme, loin du sherry cask livre à la sauce bourbon cask. Nez doux et silky, fruité à saveur de salade de fruits, d’herbe sec, grains de céréales moulus. C’est quand même drôle de goûter un Aberlour sans le sherry, dans une dégustation à l’aveugle, ok, mais en sachant c’est quoi, c’est très déstabilisant… La bouche est douce, le bourbon cask est à l’avant-plan, le sucre vanillé, le bois de chêne un peu sec, puis encore la salade de fruits, le citron et les épices en fond de bouche. Finale de bonne longueur, sans autre variante qu’apportées précédemment. Les épices se soulèvent en coup de vent en toute finale et la salade de fruits, omniprésente, s’éteint lentement dans une finale où l’alcool est plus perceptible. Définitivement en dehors des sentiers battus des Aberlour traditionnels mais une addition intéressante et challengeante pour le dégustateur plus expérimenté. J’aime l’expérience du différent mais je déplore le manque de diversité de la composition et de l’expérience en général.

Patrick 89%
Nez : Belle profondeur.  Caramel brûlé, chêne, xérès délicat.  Bouche : Superbe sensation en bouche, huileuse et chaleureuse.  Xérès, caramel, chêne et épices.  Bref, tout y est!  Finale : Longue et chaleureuse, épicée et boisée.  Balance : Malgré que j’aie plutôt l’impression que ce whisky est en fait 10 ans plus jeune, il offre une superbe complexité et une balance exemplaire.

Publié dans Speyside Tagués avec : ,

North Port Brechin 23 ans 1971

54.7% alc./vol.
Bouteille #2143, Rare Malts Selection.

Patrick 85%
Nez : Parfum d’orge épicé et de chêne puissant.  Bouche : Comme mordre dans une planche de chêne!  Quelques épices, un peu d’orge bref, un beau mélange simple et efficace.  Finale : Longue et savoureuse, marquée par le chêne brûlé.  Balance : Un bon dram efficace, j’aurais aimé voir ce que ça aurait pu donner avec les masters blenders d’aujourd’hui.

Publié dans Speyside Tagués avec : ,

Provenance Caperdonich 11 ans

46% alc./vol.
Distillé en 1996, embouteillé en 2008, cask #4200.

Patrick 90%
Complexe!  Au point que j’en suis demeuré perplexe.  Comment le nez fait-il pour être si différent de la bouche?  Et surtout, comment se fait-il que l’ensemble soit si harmonieux?  Un whisky de dégustation, lorsqu’on peut prendre le temps de le décortiquer.  Nez : Parfum de sucre de bonbon rouge à la framboise, avec une touche de caramel et de vanille.  L’ensemble n’est toutefois pas si sucré que ça, ce qui en fait un bouquet très intéressant.  Bouche : Chêne, puis herbe fraîchement couchée et pointe de poivre.  Puis, le sucre arrive, mais un sucre épicé.  Finale : Épicée, mais tout de même sucrée.

Publié dans Speyside Tagués avec : ,

Still Waters Stalk & Barrel Single Malt Whisky Cask #11

stalk-barrel-1

62.3% alc./vol.

Patrick 92%
Une belle bête complexe et savoureuse me rappelant un peu Glenmorangie (ce qui est pour moi un superbe compliment). Je ne suis pas fan de cette distillerie, mais je me dois de faire une exception ici. J’espère qu’ils sont pris la recette en note et que celle-ci deviendra un produit régulier! Nez: Feuilles fraichement coupées et agrumes. Un peu de sucre blanc vient enrober le tout. Bouche : Wow! Comme mordre dans une planche de chêne. Le tout baignant dans les agrumes sucrés et les épices chaleureuses. Texture en bouche très huileuse et agréable. Finale : Longue et savoureuse, marquée par les agrumes et les épices.

Publié dans Whisky Canadien Tagués avec : ,

Still Waters Stalk & Barrel Single Malt Whisky Cask #13

stalk-barrel-1

46% alc./vol.

Patrick 85%
Un bon whisky frais et jeune. Pas dans ma palette, mais définitivement un sans-faute. Nez: Sucré et fruité avec une touche rappelant des feuilles vertes qu’on aurait écrasé. Bouche : De belles épices fraiches et de succulentes feuilles vertes, avec une pointe de vanille. Finale : D’une belle longueur et savoureuse.

Publié dans Whisky Canadien Tagués avec : ,

Évaluations

Merci à

Catégories

Évaluateurs